Le métier de photographe de mariage


Le photographe de mariage crée une machine à remonter le temps : l’album photos du jour J. Il doit donc s’imprégner de l’ambiance et tisser une certaine proximité avec les mariés afin de retranscrire la beauté de leur amour en clichés. En ce sens, être à l’aise avec des appareils photos sophistiqués ne suffit pas. C’est un métier qui s’apprend et qui s’exerce avec passion.

Quelles études pour devenir photographe de mariage professionnel ?

Il est déjà possible de viser le BTS Photographie à condition d’avoir préalablement décroché un baccalauréat S.

A partir de la troisième et/ou pour les bacheliers qui n’ont pas opté pour la section S, il est envisageable de s’orienter vers le Bac pro photographie. Cette formation remplace le CAP photo depuis 2012.

Ceux qui justifient d’un bac+2 peuvent aller plus loin encore en s’inscrivant dans une école nationale de photographie. 3 ans de formation supplémentaire sont proposés. Sinon, les universités proposent des cursus MST (Maîtrise des Sciences et Techniques), option photographie et multimédia.

Précisons que l’obtention de diplôme n’est pas obligatoire. Néanmoins, il est toujours préférable de se former au métier pour en maîtriser les rouages car la photographie est complexe. De plus, les certificats et diplômes sont gage de qualité pour les futurs mariés. Ils souhaiteront certainement revivre leur jour une infinité de fois, à travers les photos.

Les compétences à posséder

Il est indispensable que le photographe soit à l’aise avec les appareils qu’il utilise. Une solide connaissance des réglages, des modes de prise de vue et autres détails techniques sont donc requis. La maîtrise des logiciels photographiques est également exigée car il faut parfois retoucher les photos. L’idée n’est pas de dénaturer la magie du moment mais au contraire, de mettre l’emphase sur les détails qui font la différence.

Parler au moins une langue étrangère est un atout car les mariages à photographier peuvent se dérouler dans des pays non-francophones. D’ailleurs, les mariés eux-mêmes pourraient ne pas parler français.

Les qualités à avoir

La sensibilité est primordiale pour capter des émotions intenses même si elles sont communiquées avec discrétion. Les qualités relationnelles doivent également être développées pour pouvoir échanger avec le couple. Le photographe n’est pas là pour crier “prenez la pose” à tout-va mais pour déceler des sentiments à travers les non-dits. Des regards échangés, des sourires fugaces, des doigts qui se frôlent… ce sont des petits moments de bonheur qui font toute la beauté d’un mariage. Et c’est ce qu’un bon photographe devra capturer dans son objectif.

On ne s’improvise pas photographe de mariage. C’est un métier passionnant mais également complexe. Suivre des formations adéquates et développer quelques qualités personnelles spécifiques sont de ce fait des atouts majeurs.

Pour finir, si vous êtes dans le coin, voici un bon photographe de mariage en Indre et Loire : ivanfranchet.fr/reportages-mariages

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *