Les métiers de la beauté


Les métiers de la beauté sont régulièrement associés au bien-être et au simple fait de prendre soin de soi. De fait, le secteur ne connait pas particulièrement la crise et offre de nombreuses opportunités ainsi que des possibilités de spécialisation diverses. Au travers de cette publication, vous allez découvrir un certain nombre d’informations essentielles sur les métiers en lien avec l’univers cosmétique, et les formations indispensables pour devenir un véritable professionnel.

Les différents métiers de la beauté

L’univers de la beauté et de l’esthétique accueille un certain nombre de métiers et de disciplines qu’il convient de détailler. D’abord, il convient de distinguer trois grandes familles de métiers en rapport avec la beauté : en premier lieu, la beauté et le bien-être (où l’on retrouve des métiers comme coiffeur, diététicien ou styliste ongulaire), puis l’industrie (créateur de parfums, aromaticien, etc…) et enfin la vente proprement dite (conseiller vendeur en parfumerie, gérant d’un institut de beauté, etc…).

estheticienne
Le premier métier auquel on pense (et sans doute le plus populaire) est le métier de coiffeur / coiffeuse. Cette discipline en particulier ne risque pas ce connaître une quelconque crise, étant donné que les cheveux humains repoussent en moyenne d’un centimètre tous les mois ! Du coup, de nouveaux services sont proposés autour de la filière, avec la possibilité de réaliser des soins, des couleurs ou des extensions.

Des offres ciblées sont également proposées par les professionnels, avec la délivrance de produits bio par exemple. La plupart des diplômés sont embauchés dès la fin de leur cursus, c’est dire si le secteur se porte bien !

L’autre métier en vogue dans le secteur de la beauté est celui de prothésiste ongulaire : ici, le professionnel est non seulement chargé d’embellir les ongles, mais il peut également déployer de véritables qualités d’artiste, en proposant par exemple des décorations ongulaires ou « nail art ». D’une manière plus générale, il faut également évoquer le métier d’esthéticienne qui est en mesure de proposer des soins du visage et du corps (soins du visage, épilation, massages relaxants, etc…).

Bien évidemment, on aura à cœur de mettre en avant les métiers de la vente et conseils auprès des clients : les conseillères travaillant activement en parfumerie ou dans les magasins de beauté ont des compétences et une expérience similaires à celles d’un indépendant, en cela qu’elles peuvent conseiller et orienter le public vers les produits les plus adaptés.

Comment se former ?

Les études à faire

Pour travailler dans le secteur de la beauté et des cosmétiques, on demande généralement un niveau CAP avec une mention esthétique – cosmétique. Ce niveau de formation est suffisant pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure en indépendant ou en freelance, comme ce peut être le cas avec les soins ongulaires par exemple.

Mais il est également possible à partir de là de devenir salarié. Certaines formations à distance, en alternance ou par correspondance existent, bien que les prix varient fortement d’une formation à une autre (comptez généralement entre 300 et 4 000 euros).

Au-delà du CAP et pour espérer ouvrir son propre salon, un brevet professionnel ou un brevet de maîtrise sera très souvent nécessaire. Les brevets de maîtrise correspondent en réalité à un niveau bac+2. L’intérêt du BM est qu’il s’agit d’un diplôme reconnu par les chambres de métiers et de l’artisanat, et créé par des organisations professionnelles. Il peut ainsi préparer le futur professionnel à la reprise d’une entreprise artisanale.

A noter qu’il existe un bac professionnel mention Esthétique cosmétique et parfumerie, qui peut être passé en trois ans. Concrètement, à l’issue de cette formation, le futur professionnel est en mesure non seulement de réaliser des soins esthétiques mais de vendre des servies et des produits en lien avec le monde de la parfumerie. Grâce à ce niveau de formation, la personne a les compétences nécessaires pour assurer des tâches de gestion administrative et financière courante, tout en encadrant du personnel qualifié.

Les diplômes à décrocher

La plupart des diplômes permettant de mettre un pied dans l’univers de la beauté et de l’esthétique sont de type CAP. Voici quelques exemples de diplômes que l’on retrouve couramment dans le milieu:

– Le CAP coiffure : il s’agit d’un diplôme national de niveau V reconnu par le ministère de l’éducation nationale. Il se prépare généralement en 2 ans après la 3e. Pour préparer ce diplôme, il est possible de se rendre en lycée professionnel ou auprès d’une école spécialisée (dans une école de coiffure ou une école d’esthétique par exemple). Il est également possible de suivre une formation par correspondance ou une formation en alternance (avec contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage). Cette solution permet au futur professionnel d’être payé tout en déléguant à l’employeur le financement de la formation du candidat.

– Le CAP Esthétique, Cosmétique et Parfumerie : le titulaire de ce diplôme réalise plusieurs tâches et maîtrise les techniques liées aux soins esthétiques du visage, des mains et des pieds. Il est ainsi capable de réaliser toute sorte d’opérations esthétiques au service du client – comme par exemple des épilations, des soins de manucure ou des maquillages.

maquillage

Les compétences indispensables

Les professionnels de l’esthétique ont non seulement une obligation de résultat, mais doivent également soigner la présentation lorsqu’ils accueillent le public au sein d’un institut ou d’une boutique professionnelle.

Ainsi, ils doivent apprendre à mettre en valeur les produits qu’ils proposent à la vente, notamment en réalisant des emballages attractifs avec du papier de soie (vous pouvez vous fournir en ligne sur https://www.papeteries-montsegur.com/ par exemple). Le papier de soie est très apprécié et très populaire chez les professionnels de la beauté et du luxe, car il est synonyme de raffinement.

Les qualités à posséder

Bien entendu, le sens du contact est primordial pour espérer travailler et réussir dans le milieu de la beauté et des soins esthétiques. Il faut être en mesure de dialoguer avec le client, de manière à déterminer avec le plus de précision possible ses besoin et ses attentes, et afin de le rassurer le cas échéant. Au-delà et selon le niveau de formation, des qualités de gestionnaire sont attendues ainsi que des capacités à encadrer du personnel.

Quels sont les secteurs dans lesquels il est possible de travailler ?

Comme vu précédemment, de nombreux secteurs en lien avec les métiers de la beauté recrutent. Le secteur de la beauté et du bien-être accueille d’une manière générale de nombreux types de professionnels (coiffeur, mais aussi prothésiste ongulaire, etc…). A l’heure actuelle, les instituts de beauté comptent près de 50 000 actifs et recrutement régulièrement pour tous les métiers relatifs aux soins, mais aussi à la vente ! L’industrie du cosmétique représente également un autre secteur « poids lourd », composée en majorité de PME à 80%.

Les métiers de la beauté vous intéressent et vous aimeriez en savoir plus ? Sachez qu’il est possible, si l’aventure vous tente, de démarrer une formation à n’importe quel moment de votre vie professionnelle. Etant donné la grande diversification des métiers et les possibilités de recrutement, vous n’aurez aucune difficulté à trouver votre voie en fonction de vos aspirations et de vos ambitions.